Sylvain Duchêne et le Ta Bouche

Aujourd’hui, avec Sylvain Duchêne, auteur du Ta Bouche, nous avons décidé de vous en dire un peu plus sur ce jeu…

Premièrement, Sylvain, peux-tu te présenter ?

Je suis grandestois des campagnes. Le jour, j’enseigne dans une école primaire. La nuit, je dors. Le reste du temps, il m’arrive de créer des jeux, ou d’écrire, essentiellement de la littérature jeunesse.

 

Comment en es-tu venu à travailler sur le jeu Ta Bouche ?

J’ai rencontré l’équipe du Droit de Perdre en 2011 au festival de Cannes. C’était la sortie du Taggle. De mon côté, je démarchais les éditeurs avec Wizzz, un jeu barré dans lequel les joueurs font varier les règles presque à volonté.

Le jeu n’entrait pas dans la gamme LD​DP, mais collait avec sa philosophie, qui pourrait se résumer ainsi : ​peu importe qui gagne à la fin, du moment que tout le monde s’est bien marré.

Avec François Lang, on a commencé à bossé sur une version de Wizzz, qui est devenue Delirium. Le pari était de donner un maximum de liberté aux joueurs. En même temps, j’ai filé quelques coups de mains sur le stand dans des festivals et je suis devenu fan du Taggle.

À la maison, on y jouait souvent et on y faisait jouer tous nos invités. Mais la plupart de nos amis avaient des enfants, et là,​ ça coinçait un peu.

Un jour​,​ j’ai lu une critique de Bruno Faidut​ti sur le Taggle. Il​ aimait beaucoup ce jeu mais il regrettait son petit côté trash. Je me suis dit que ça pourr​ait être intéressant de créer une version familiale.

Avec mon épouse et mes gamins, on a commencé à écrire des cartes de réflexions et de répliques qu’on ​mélangeait au Taggle. Quand on en a eu une petite quantité, on a pu y jouer sans. Ça fonctionnait plutôt pas mal.

Je suis allé voir Yves et Fabien pour leur montrer. Ils ont apprécié. Je me rappelle qu’ils étaient étonnés. Ils s’attendaient à une « traduction » du Taggle en langage édulcoré,​ pas à une version différente. Ils m’ont dit d’aller montrer ça à François. Je ne me suis pas fait prier​. Et François m’a dit d’aller le montrer à Fabien et Yves. La boucle était bouclée, le projet était validé.

Je crois que faire une version enfant du Taggle était dans leur projet. Je leur présentais une version familiale, c’est à dire jouable par les enfants et les adultes.

 

Peux-tu nous dire comment s’est passé la création du jeu ?

On a beaucoup échangé par S​kype avec François pour tester les propositions. Au début, il a fallu faire beaucoup plus de cartes. Il n’y en avait pas assez dans la maquette que je leur avais​ présenté. Il en fallait le double, si je me rappelle bien. Je m’y suis mis aussitôt. J’étais enthousiaste et pas inquiet, car ça sortait bien et c’était marrant à faire.

Mais j’étais naïf. Je n’avais pas imaginé l’ampleur de l’exigence éditoriale. Qui pourrait croire que créer des jeux dont le but est de faire dire des bêtises aux gens demandait autant de rigueur ? Tout est pesé, vérifié,​ pour éviter les redites avec le Taggle et même le Taggle d’amour, l’extension du Taggle.​ Au premier test, on a passé des heures sur Skype pour tester, étudier, retravailler chaque phrase. Au final,​ seulement un tiers des propositions ont été pré-validées​ (sous réserve de les montrer ensuite à Yves et Fabien). Il fallait ​encore ​écrire les ​deux tiers du jeu pour le deuxième test. La tâche se compliquait avec les redites de plus en plus difficiles à éviter.

J’ai passé des semaines épuisantes et obsédantes. J’avais la nausée à force de skyper. J’étais sans cesse à l’affû​t des phrases que j’entendais autour de moi. Je notais tout pour avoir de la matière première.

Heureusement,​ la cavalerie est arrivée !​ Fabien et Yves en ont,​ à leur tour, proposé des textes. On a avancé plus vite. Cela n’a pas empêché de négocier ferme. Je pense qu’Yves et Fabien voyaient en Ta Bouche une version junior du Taggle, tandis que je visais une version familiale, à laquelle des adultes peuvent j​ouer seuls ​en se marrent tout autant. Bref, à nous quatre, on a fini par y arriver. Ça a été une joie. J’ai enfin pu ​dormir de ​nouveau la nuit 😀

Pour toi, qu’est-ce que le Ta Bouche apporte par rapport au Taggle ?

Ta Bouche a été construit directement à partir du Taggle. La principale différence est que tout le monde peut y jouer dès lors qu’il sait lire. Il n’y a aucune allusion directe au sexe. On ne peut pas dire qu’il n’y en a pas, mais si vous en voyez, c’est votre esprit qui est mal tourné, pas le jeu 😉 Donc c’est « ​safe »​ pour les enfants.

Et c​e n’est pas parce que c’est accessible aux enfants que c’est bêbête. Il y a beaucoup de vocabulaire et les registres de langage sont très divers. Ça ne pose pas de problème, au contraire. Les enfants ont l’habitude d’évoluer dans des milieux où​ ils ne comprennent pas tout. Et ils sont très fort à ça. Ils guettent sur le visage des adultes leurs réactions,​ ou demandent le sens des mots, pour pal​lier à ce qui leur manque.

 

Est-ce que tu l’utilises​ dans ta classe ? Et si oui, comment ?

Ta Bouche n’est pas un jeu pédagogique. Et pourtant, ​il a quelques arguments dans ce sens. Quand j’ai fait des tests sur ce jeu, j’avais une classe de CM2 avec un certain nombre d’élèves en difficulté : petits lecteurs et ne disposant pas d’un grand registre de vocabulaire.

J’ai confié le jeu à mes élèves les plus forts lors d’une sortie scolaire. Ils ont tout de suite accroché. Le jeu est passé de mains en mains, jusqu’à mes élèves les plus faibles. Alors qu’ils rechignaient à ouvrir des liv​res​, ils se sont mis à lire les cartes et à les​ rejouer pour mettre le ton.

Aujourd’hui, j’en ai toujours un exemplaire en classe que les enfants peuvent sortir en récréation, s’ils le souhaitent. Mais je ne travaille pas avec en classe. Je trouverais​ ça dommage. Pour moi, c’est avant tout un jeu. Ils y jouent pour s’amuser et seulement quand ils en ont envie.

 

Des nouveaux jeux en prévision ?

Avec François, nous travaillons sur des jeux atypiques. Il y a bien sûr le Delirum, dont j’ai parlé avant. Plus proche de la sortie, on avance bien sur « L​e concours​ de saut des Géants ​Stupides de la Montagne de la Nuit ». Cette fois le but n’est plus de faire dire des bêtises​ aux joueurs, mais de leur en faire faire 😉

 

Merci à Sylvain pour toutes ces informations, qui je l’espère vous aurons plus. A très vite !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>