Les jeux du Droit de Perdre et les rôlistes, mon expérience

J’étais une adepte de jeux de rôle avant d’intégrer le milieu des jeux de société.

J’ai donc une vision assez large du concept de « jeu ». Quand je joue à un jeu thématisé, j’ai l’habitude de me projeter à fond dans l’univers en question et parfois même un peu trop, quitte à flinguer ceux qui me dérangent sur mon passage, avec un regard doux mais déterminé !

A mon goût, certains jeux de société sont trop « fermés» pour mon esprit en quête d’évasion. On est limité par des cartes, des pions ou bien des règles du jeu…

Autant vous dire que, lorsque j’ai découvert les jeux du Droit de Perdre, j’étais loin de penser qu’il s’agissait de concepts proches de ce que l’on vit en jeu de rôle.

Dans chacun des jeux de notre maison d’édition, nous interprétons, nous improvisons, c’est l’éclate, quoi ! Comme dans un bon jeu de rôle, où le personnage que nous jouons évolue librement au fur et à mesure de l’aventure.

D’ailleurs, dans un « Débrouille-toi !« , nous essayons de réaliser des missions de l’extrême avec des objets inutiles… Ça ne vous rappelle pas des quêtes improbables de jeu de rôle ? Et « Comment j’ai adopté un dragon «  est le jeu idéal pour raconter des histoires farfelues en interaction avec les autres !

Alors, amis rôlistes n’hésitez plus, car les jeux du Droit de Perdre sont faits pour vous !

PS : merci à Eric Weibel pour la photo !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>