L’Union des Editeurs de Jeu

En tant qu’éditeur, nous sommes sensibles à l’environnement économique dans lequel se développe notre activité. Du coup, Le Droit de Perdre est membre de l’UEJ ou Union des Editeurs de Jeux ou encore « la Ouéj ! ».

Aujourd’hui, Alain Balay,  vous explique en quoi cela consiste :

Avant tout, Alain, qui es-tu ?

Humain, canin, joueur, éditeur, un peu tout ça. Plus professionnellement, gérant de la maison d’édition Blue Cocker , les jeux qui ont du chien (oui ,le slogan est de moi !) et membre de la UEJ.

Qu’est-ce que l’UEJ ?

L’Union des Editeurs de Jeu (UEJ, ça donne jeu en verlan, mais il n’y a que moi que ça amuse^^) est une association qui regroupent des éditeurs de jeux de société francophones. Nous sommes une grosse trentaine et on tente de faire à plusieurs ce qu’il est difficile de faire tout seul.

Comment ça fonctionne ?

Nous sommes bénévoles, à part Juliette, notre chargé de mission. Les membres se réunissent en commission et essaient de faire avancer les projets. Les commissions font valider les projets par le CA qui leur accorde un budget si besoin. Le budget est basé sur les cotisations des membres. Plus nous aurons d’adhérents, plus nous aurons les moyens financiers et humains pour mener à bien tous les projets !

Pourquoi était-il nécessaire de fonder l’UEJ ?

Moi, ça m’a toujours semblé évident. Pour plusieurs raisons, d’abord et c’est essentiel, pour communiquer, échanger et partager. Ensuite, à plusieurs on est plus fort et plus efficace. Il y a de plus en plus d’éditeurs et le marché progresse. Il doit donc faire face à des défis nouveaux. Et sur beaucoup de sujets,il vaut mieux mutualiser les énergies, les idées et les moyens.

Quels sont les objectifs de l’UEJ ?

Houlà, il y en a plein ! Le reconnaissance du jeu de société en tant qu’œuvre de l’esprit, des actions caritatives, de l’information, de la collecte de données, des labels et prix ludiques, la réflexion autour d’une convention collective, des partenariats, l’interdiction du pain au chocolat comme dénomination de la chocolatine (ha non, ça c’est que moi …) De nouvelles commissions se sont formées comme la mutualisation, afin d’avoir des tarifs avantageux pour nos membres (assurances, transporteur, etc …), ou Normes et sécurité pour mieux s’informer sur la conformité aux normes et les obligations douanières. Il y a aussi des projets de formation sur la fabrication ou la TVA, et j’en passe…Tous les détails sont sur notre site www.uej.fr

Et parmi tous ces objectifs, lesquels représentent un défi fou ?

La reconnaissance du jeu comme œuvre de l’esprit (commission à laquelle Le Droit de Perdre participe). Même si ce sujet peut sembler évident à certains, ce sera un projet de longue haleine avec des aspects juridiques, politiques et même philosophiques. Ça implique une vision de l’édition, un statut des auteurs, voire une définition du jeu. Donc un vaste sujet !

Avec quels professionnels extérieurs travaillez-vous pour aider les différentes commissions à avancer ?

Avec tous ceux qui nous semble utiles ! Récemment, nous avons organisé deux conférences à Cannes. La première était consacrée au droit de la propriété intellectuelle, avec un avocat spécialiste de la question. Un livre blanc sur le sujet est disponible pour nos adhérents. La seconde portait sur l’export et était animée par un logisticien, un export manager et un comptable. Nous mettons aussi des partenariats en place avec les autres associations du secteur : la Société des auteurs de jeux, le Groupement des boutiques ludiques, le Réseau des cafés ludiques, l’Association des ludothèques françaises mais aussi avec l’université Paris XIII qui fait des recherches sur le jeu.

Quelque chose à rajouter ?

Jouez comme si votre vie était en jeu, et vivez votre vie comme un jeu! Ça pète ça , non ?

Merci Alain pour ces informations. N’hésitez pas à visiter le site internet de l’UEJ pour en savoir plus.

A très vite les amis !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>